www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Jeunes sans papiers, Réseau Education sans Frontières 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
29 janvier 2009

Rassemblement Ecole Phoebus 30 janvier 17 heures

Le nouveau préfet des Pyrénées atlantiques, champion de l’expulsion éclair !

Après le mauvais sort fait aux familles Sylejmani et Rrusta, originaires du Kosovo et renvoyées quelques heures à peine après leurs arrestations, voilà que le préfet des Pyrénées atlantiques persiste dans l’inhumanité !

La famille arménienne Abrahamian, composée du père Avetis, de la mère Margarita, et de deux petits garçons, Arman, 9 ans et Narek 22 mois, a été arrêtée lundi aux alentours de 18h à son domicile. La police a utilisé deux voitures : l’une pour emmener la mère et le bébé au commissariat de la police aux frontières, pendant que l’autre conduisait le père à proximité de l’école pour qu’il récupère Armen à la garderie. …

La famille a été placée en garde à vue jusqu’à 3h 45 du matin. À la demande d’un médecin du SAMU, la maman avait été conduite à l’hôpital d’où elle était ressortie quelques heures plus tard. A 3h 45 la famille a été conduite en voiture au centre de rétention administrative de Cornebarrieu près de Toulouse, à 200 kilomètres de Pau. Sur place, la CIMADE a pris en charge la défense de cette famille, avec l’aide de deux avocats. Les dossiers pour la présentation au juge des libertés et de la détention étaient ficelés. Les militants et le comité de soutien palois se préparaient à se rendre à Toulouse ce mercredi 28 janvier 2009, pour soutenir la famille durant cette épreuve, et avec l’espoir de la ramener à Pau, après le passage devant le juge prévu à 14h.

C’était sans compter sur l’acharnement déshumanisé de la préfecture de Pau.

Comme la famille Sylejmani au mois d’août, comme la famille Rrusta au mois de novembre, la famille Abrahamian a été expulsée vers Erevan, en avion spécialement affrété pour la circonstance, sans avoir pu aller au bout de ses démarches de demande d’asile, sans avoir pu faire valoir ses droits devant la justice !

Les avocats des familles et de nombreux citoyens s’interrogent sur le respect de l’esprit de la loi par l’autorité censée la garantir dans les Pyrénées atlantiques : les circonstances des gardes à vue des familles Rrusta et Abrahamian ne sont pas claires. Des points litigieux, constatés par des témoins directs, n’ont pu être présentés aux juges des libertés et de la détention ni à Bayonne, pour la famille Rrusta, ni à Toulouse pour la famille Abrahamian.

RESF 64 et le comité de soutien dénoncent la façon dont sont traités de jeunes enfants, alors que leur place est à l’école, auprès de leurs camarades. Le rôle de la France, pays des Droits de l’Homme, signataire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, est de les protéger de toutes agressions.

RESF 64 et le comité de soutien dénoncent le traitement dégradant et traumatisant dont ont été victimes 7 écoliers palois de la même école : arrêtés, certains au petit matin, enfermés, placés de force dans des avions, certains au petit matin, témoins de l’humiliation et du désarroi de leurs parents.

7 chaises vides à l’école Gaston Phoebus depuis la rentrée scolaire,

7 chaises vides que nos enfants n’oublieront pas …

 

11 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.