www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : CAPD  / CAPD 2008 / 2009 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 février 2009

CAPD du 12 février : déclaration préalable sur le mouvement (SNUipp & SE)

La modification des règles du mouvement dans le 64 fait suite à la volonté ministérielle d’harmoniser les mouvements départementaux. Une fois de plus, sans prendre en compte les différences territoriales, sociales et culturelles qui président à la diversité des départements de l’Académie, l’administration impose ses choix. Ces modifications forcées n’offrent pas une prise en compte respectueuse des souhaits légitimes des personnels. Ainsi :

la perte de visibilité (suppression du recueil préalable des candidatures et donc publication des postes susceptibles d’être vacants),

la prise en compte moins équitable des situations personnelles (majoration unique de barème pour mesure de carte scolaire, retrait de la priorité sur la commune, retour de la note au barème…).

et l’impératif d’émettre au moins un vœu géographique dès le premier mouvement, génèrent inquiétude et colère dans l’ensemble de la profession.

Et le plus troublant dans cette gestion des personnels est qu’elle se déroule comme si des négociations passées l’administration faisait table rase ! Etonnant pour le moins, en ces temps de grandes évaluations, qu’aucun bilan n’eut été tiré des pratiques concertées qui semblaient apporter satisfaction à l’ensemble des parties en présence. Etonnant aussi cette insistance à vouloir modifier coûte que coûte ce qui fonctionne !

Un passage en force vérifié lorsque à chaque demande des délégués des personnels l’administration rétorque que rien n’est négociable puisque la note de cadrage du recteur l’a décidé ! L’argument d’unicité de traitement, de garantie d’équité se confronte à une toute autre réalité. Etourderie ou déficit d’information interne, il semblerait que les interprétations de la note du recteur puissent donner lieu à des applications diverses. Pour les délégués des personnels des Pyrénées Atlantiques, il est inadmissible que le vœu géographique soit imposé aux collègues dès le premier mouvement alors qu’il est simplement conseillé en Gironde, en Dordogne et dans les Landes. En outre, cette mesure, malgré les demandes d’explicitation appuyées des représentants paritaires, reste floue et opaque dans ses modalités d’application, avec une exclusion des délégués des personnels pressentie. De même nos collègues pourraient trouver indécent que la zone choisie de la circonscription, voire de deux circonscriptions pour les zones urbaines, place encore le 64 comme le département où l’application de la note académique est la plus rude : en Gironde il est offert la possibilité d’une demi-circonscription pour le rural et une circonscription dans les secteurs urbains. Nulle part les zones déterminées ne dépassent la circonscription !

Pour les professeurs des écoles et instituteurs, le mouvement est le moyen de faire coïncider au mieux les contraintes et souhaits personnels avec l’engagement collectif d’assurer toute la mission d’enseignement. La mise en péril de cet équilibre risque de mettre à mal la qualité du service public.

Une fois de plus le SE-UNSA et le SNUipp-FSU condamnent fermement cette manière cavalière de traiter toute une profession et tous les faux semblants qui entourent cette opération de destruction du mouvement intradépartemental.

Mais les arguments spécieux et le faire-semblant deviennent la norme de gestion de l’Education Nationale…semblant d’évaluations, semblant de liberté pédagogique encadrée de pressions et d’injonctions, semblant d’une réelle politique d’intégration des enfants porteurs de handicap menée avec des personnels précaires sous payés…. De même, le ministère tendrait à faire croire qu’un recrutement à un niveau universitaire plus élevé mais avec une année de stage en moins renforcera la qualité de la formation professionnelle comme il voudrait faire croire que changer les couches et proposer des activités d’éveil dans des jardins d’enfants équivaudrait à une école maternelle. Et de même il organise la destruction des RASED en exaltant une aide aux enfants en difficulté menée par des maîtres non spécialisés, dans des journées qui s’éternisent … Le seul point où le ministère ne fait pas semblant, c’est dans les suppressions massives de postes répétées depuis plusieurs années. Le SE-UNSA et le SNUipp-FSU ne peuvent admettre le tour de passe-passe supprimant, dans le département, 21 postes d’enseignants spécialisés des réseaux d’aide pour en faire réapparaitre 10 en surnombre qui deviennent suivant la nouvelle dénomination des « ex maitres RASED faisant fonction de maitres spécialisés à titre provisoire ».

Bien entendu, il serait de mauvaise foi de penser qu’il s’agit d’étouffer les réseaux, alors qu’il nous est expliqué qu’il ne s’agit que d’un simple redéploiement des moyens avec optimisation des ressources ! Comment et où l’administration compte trouver les 10 postes à rendre puisque ces fermetures ont été budgétisées ?

Le SE-UNSA et le SNUipp-FSU ne peuvent admettre la désintégration des RASED et continueront à mener bataille contre le détournement de l’aide aux enfants en difficulté et pour permettre à nos collègues spécialisés des réseaux de mener à bien leur mission dans des conditions de travail dignes d’une école de qualité permettant la mise en place des conditions de la réussite de tous les élèves.

 

63 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.