www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : Action : grèves, manifs, OGM... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 janvier 2015

Après la grève du 3 février...

Pour les retenues de salaires, il appartient à l’administration de faire la preuve de la participation à la grève. C’est donc elle qui informe les écoles de sa décision de faire un recensement. La déclaration d’intention ne remplace pas l’attestation de service assuré !

Recensement des grévistes : La déclaration de service fait doit parvenir dans les 5 jours qui suivent la grève aux secrétariats des IEN. Une « non-réponse » entraînera un retrait de salaire (aucun gréviste n’est ainsi tenu de signer quoi que ce soit).

Attention, la demande d’établissement de liste de grévistes n’est pas conforme ! Pour les retenues de salaires, il appartient à l’Administration de faire la preuve de la participation à la grève. Ainsi les grévistes, quelle que soit leur fonction, ne répondent à aucune enquête, ne s’inscrivent sur aucune liste, ne signent quelque état que ce soit. Les directeurs et directrices n’ont à accomplir aucune tâche administrative particulière à ce sujet, sinon transmettre les documents de l’Administration aux non grévistes qui les gèrent eux mêmes. Ils ne certifient rien. Si des problèmes surviennent (réactions de parents, d’élus, ...), aviser la section départementale du SNUipp et transmettre les documents éventuels (tracts, articles de presse, ...).

Le SNUipp-FSU appelle à ne pas remplir la déclaration préalable

et s’est adressé à la Ministre en ce sens :

http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/23_01_2015_courrier_men_bertrand_gaume-20150123135804.pdf

Remplissez l’enquête grève ci-dessous :

http://mobilisation.snuipp.fr/64/greve-du-3-fevrier-2015

Modèle de lettre aux parents (à joindre agraphé en papier volant à un mot sobre d’information collé)

http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/Lettre_aux_parents.pdf

La FSU s’est adressée nationalement aux organisations syndicales et regrette que cette grève ne soit pas unitaire, mais elle ne pouvait rester silencieuse sur cette urgence sous prétexte qu’elle était seule…

Pour nous, il n’est pas envisageable de faire semblant que tout va bien !

Pas envisageable d’écouter sagement les accusations et mises en cause actuelles de l’école sans dénoncer un état des lieux catastrophiques …

Parce que nous ne pouvons nous taire et laisser croire que tout va bien ! Parce que la priorité à l’école, c’est maintenant !!

Pour nos conditions de travail

Malgré les annonces, la priorité au primaire est loin de permettre une amélioration des conditions de travail des enseignants et des élèves dans les écoles : les 108 h explosent, les effectifs augmentent, la réforme des rythmes dégradent le quotidien… ça suffit ! Le travail empêché S’y ajoutent les injonctions appuyées parfois contradictoires, les enquêtes et formulaires administratifs dont l’efficacité et la nécessité restent à prouver, le poids, le stress d’une inspection peu formatrice, le sentiment de travailler dans l’urgence et de manquer de temps… Et parfois l’autoritarisme hiérarchique … Dans un premier temps, il nous faut obtenir sans délai, la fin des APC et le retour à un temps de concertation institutionnalisé dans l’emploi du temps régulier des écoles.

Des moyens insuffisants au budget

+1 seulement pour le département ! Insuffisant pour donner une vraie priorité à l’éducation, empêcher des classes à plus de 25, y compris en maternelle, mettre en place des dispositifs PDMQC, rescolariser les moins de trois ans, redonner du souffle à l’éducation prioritaire, au RASED, au remplacement…

L’urgence salariale

Devant le déclassement salarial des enseignants, la revalorisation devient une urgence. L’annonce de la prime aux recteurs (augmentée de 10 000 euros par an) sonne comme une provocation alors que le salaire net des enseignants a encore baissé en janvier. Il faut d’urgence rattraper les pertes de salaires, augmenter le point d’indice - gelé depuis 2010 – étendre l’IASE pour tous les PE et l’aligner immédiatement l’ISAE (400 € bruts annuels) sur l’ISOE du 2nd degré (1200 € brut annuels).

Non, nous ne sommes pas des privilégiés ! Oui, l’Ecole a besoin de moyens et d’enseignants reconnus !

PDF - 111.6 ko
tract_greve_A4_RV_V3

 

7 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.