www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Carte scolaire   / CTSD/ CDEN 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
19 avril 2015

Carte scolaire 2015 : un goût amer

Le CDEN du 13 avril n’aura pas changé la donne : cette carte scolaire reste le témoin d’une austérité appliquée à l’école.

Alors que les taux d’encadrement sont déjà parmi les moins favorables d’Europe, on continue de faire augmenter les seuils dans plusieurs écoles. Assat, Idron, Lacq, Montardon, Pardies Pietat, Pau (les lauriers), Simacourbe et d’autres encore basculent avec des classes à plus de 26. Nombre d’écoles subissent une fermeture, et même si certaines seront révisables, les équipes restent déstabilisées. Sans que les écoles en REP bénéficient pour autant d’un véritable élan avec une baisse significative des taux d’encadrement puisque pour l’essentiel, elles restent juste, voire au dessus, de la moyenne départementale ! A l’arrivée, peu de possibilité de mettre en oeuvre les nouveaux dispositifs qui restent à la marge et se font au détriment de classes surchargées.

Enfin, la stratégie de la pression au RPI (en menaçant de fermeture ou en refusant l’école au moins de 5 ans) et aux fusions (qui se font au mépris de l’avis des conseil des maîtres et des parents comme à Orthez ou aux Lauriers) a marqué cette carte scolaire d’un goût très amer.

Bref, une carte scolaire que l’on a du mal à digérer.

carte scolaire : report du CDEN sur fond de mobilisation interprofessionelle

Jeudi 9 avril, jour de mobilisation professionnelle mais aussi jour de CDEN. Ils sont venus du pays basque pour protester contre les mesures de postes envisagées sur leurs écoles : Espellette, Mauléon, Montory... Ils ont chanté "touche pas à ma maîtresse, fermeture de classes, il faut pas que ça se fasse !" jusqu’à la confirmation du report du CDEN.

Prochain rendez vous donc lundi matin 9h devant la préfecture !

Carte scolaire :

quelques appels d’air mais encore trop de fermetures

Suite au CTSD de ce mardi 7 avril, quelques écoles trouvent un apaisement avec l’annulation de 12 mesures révisables ; mais trop encore restent dans l’expectative de la rentrée. Trop subissent toujours une fermeture ferme. Bref, des taux d’encadrement qui vont continuer à augmenter ici et là. Le SNUipp-FSU est intervenu sur de nombreux dossiers et présenté les arguments de tous les dossiers qu’il avait reçu. Mais cela ne suffira pas.

La dotation zéro pèse sur les choix du DASEN : pour mettre en place des remplacements, des postes de PEMF, des décharges de direction, quelques PDMQC, et ouvrir où c’est urgent, il faut accumuler les fermetures.

Pour le SNUipp-FSU, malgré des modifications dont il prend acte, cette carte scolaire reste fort douloureuse. Toutefois, au regard du mouvement des personnels qui s’annonce serré( suite au report de la carte scolaire après les élections départementales), le SNUipp-FSU n’a pas souhaité voter en contre ce qui aurait entraîner la tenue d’un nouveau CTSD et retardait le mouvement déjà trop contraint en temps et en postes disponibles.

Pour nous, la lutte contre l’austérité reste bien d’actualité ce jeudi 9 avril.

Les débats se poursuivront lors du CDEN qui associera cette fois parents et élus, le jeudi 9 ou lors de son report le lundi 13 avril.

Continuez à nous informer de vos mobilisations ou à nous contacter pour plus d’informations.

Ci-dessous les modifications suite au CTSD :

· Fermetures révisables annulées (postes maintenus) :

Bougarber, Angais, Argagnon, Biron, Bonnut, Bosdarros, Hagetaubin, Maslacq, Jurançon J. Moulin, Jurançon Barthou, Moumour, Bidos

· Passages d’ouverture conditionnelle à ouverture définitive :

Pau Marancy élémentaire

· Passage de fermeture définitive à fermeture révisable :

Artix J. Moulin élémentaire (maintien éventuel du 5ème poste à la rentrée), Espelette (transformation du -1 en -0,5 révisable)

· Ouvertures conditionnelles supplémentaires :

Villefranque (+1), Buros (+1), Louhossoa (+0,5 basque), Pardies maternelle (+0,5)

· Ouvertures en oc :

Gan( +0,5), Bidache (+0,5) Artiguelouve à confirmer selon effectif (enquête en cours)

· Sites immersifs basques :

Arbonne ,Jatxou, Ascain, Urdazuri mat.

· PDMQC

Arudy élémentaire (le 0,5 transformé en +0,5 classe sera sur le moyen fonctionnant actuellement au collège)

Le dispositif TPS prévu à Nandina sera sans doute implanté à Arc en ciel. Nandina bénéficiera du PDMQC, sous réserve d’acceptation du projet.

Pour le SNUipp-FSU64 :

Mathilde Blanchard, Renaud Bousquet, Pierrette Formet et Cécile Senderain

Remplissez sans plus attendre la fiche de contrôle ci-dessous correspondant à votre situation :

Word - 114 ko
Uniligue 2015
Word - 114 ko
bilingue_occitan 2015
Word - 115.5 ko
bilingue_basque 2015

Première analyse du SNUipp-FSU 64 :

Carte scolaire : un budget insuffisant et des choix scandaleux !

Un seul poste pour le département, ciblé pour une classe autiste

Bref, aucune dotation prévue pour :

- Une augmentation prévue d’une soixantaine d’élèves

- Des dispositifs liés à la refondation (plus de maîtres que de classe, moins de 3 ans...)

- Des décharges supplémentaires pour certaines directions d’école

- Une baisse des effectifs par classe, pourtant estimée comme un facteur de réussite scolaire

http://www.snuipp.fr/Moins-d-eleves-par-classe-pour

- Une reconstitution des RASED

- Une demande de bilinguisme en hausse

- Une augmentation du volant de remplaçants pour éviter la pénurie dramatique de cette année, pour permettre la formation continue des enseignants

...

Tout ceci devra se faire à moyen constant.

Et donc soit ne se fera pas, soit très à la marge, soit au détriment de beaucoup de fermetures.

Une attaque sans précédent pour le service public d’éducation dans le milieu rural.

A côté de ce budget insuffisant, les choix idéologiques sont inquiétants :

« Les petites écoles coûtent trop cher » : c’est le triste slogan de cette carte scolaire.

Une politique résolument contre le service public dans les zones rurales et contre l’école maternelle pointe son nez :

- les dérogations pour accueillir les PS et MS dans les classes enfantines des classes uniques sont systématiquement refusées dans le département. Une asphyxie de l’entrée dans ces écoles qui va les vider petit à petit (au profit souvent du privé). Certains maires ont d’ores et déjà décidé de braver l’interdiction et d’inscrire tout de même les élèves de maternelle. Il va être important de rassembler les mobilisations rapidement, en alertant l’association des maires (05 59 84 40 40 ou info@cdg-64.fr), en fédérant les luttes.

- les maires sont encouragés publiquement par le DASEN, quelles que soient les complexités géographiques, pédagogiques ou humaines, à fusionner ou passer en RPI. Il est urgent de mobiliser les conseils d’école qui doivent obligatoirement être consultés pour ce type d’opération.

- Des propositions de fusions qui se multiplient, détériorant la spécificité de l’école maternelle, en totale incohérence avec les nouveaux programmes qui prévoient pourtant de lui redonner une place spéciale.

Des mobilisations pour ne pas se résigner

La FSU dépose une alerte sociale pour la semaine du 6 au 10 avril, semaine des commissions décisionnelles (CTSD et CDEN), afin de permettre aux collègues de faire grève et d’accompagner les mobilisations de parents.

Le SNUipp-FSU prévoit une réunion d’information syndicale le mercredi 8 avril après midi (demi-journée travaillée pour pont de l’ascension) à Pau avec un rassemblement devant l’IA en fin de journée.

Le jeudi 9 avril sera aussi une journée de mobilisation interprofessionnelle contre l’austérité, choix politique qui pèse aussi sur l’éducation, cette carte scolaire en sera, hélas, une concrète démonstration. La FSU sera dans la rue avec la CGT, FO et SUD pour dénoncer les restrictions budgétaires dans la fonction publique et réclamer d’autres choix plus ambitieux.

C’est dès à présent que les parents et les conseils d’école doivent être alertés et mobilisés.

REPORT CARTE SCOLAIRE : MEPRIS SCANDALEUX !

Comme l’avait initié le précédent gouvernement et comme cela a été le cas l’an passé avec les municipales, le Ministère de l’Education Nationale a donné la consigne aux Recteurs de déplacer les opérations de carte scolaire après les élections cantonales. C’est ce qui doit sans doute justifier l’augmentation de leur prime de risque (sic !) . Le département ne fera pas exception. Les opérations de carte scolaire prévues début février sont reportées début avril. Le SNUipp-FSU s’insurge contre cette décision qui va désorganiser la vie des écoles en raison de considérations électorales. Le mouvement sera donc à nouveau décalé au troisième trimestre retardant les affectations, dégradant les conditions et temps de saisie, pour les enseignants comme pour les personnels administratifs. Du mépris, encore du mépris ! Le SNUipp-FSU a dénoncé ces dysfonctionnements aux causes électoralistes et a écrit à la Ministre pour lui demander de renoncer à cette décision. L’école reste une priorité de discours !

 

11 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.