www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : Dossiers 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 février 2015

ASH : audience auprès du DASEN

Compte rendu de l’audience ASH du 11/02/2015

CLIS Le SNUipp-FSU 64 a une nouvelle fois évoqué le problème récurrent des AVS-co manquantes en début d’année (2 semaines à Jean Sarrailh, 4 semaines à Idron, 8 semaines aux 4 coins du monde…), y compris quand les démarches sont effectuées dès juin de l’année scolaire précédente. Le DASEN nous a assuré que dans la mesure du possible les renouvellements de contrats seront signés avant la fin de l’année scolaire pour la rentrée 2015. Pour les AVS-co arrivant au terme de leurs 6 ans contrats, une demande écrite doit être adressée à l’administration avant la date de fin de contrat. Le DASEN assure que sauf exception, toutes les demandes de CDIsation seront honorées.

Les enseignants de CLIS évoquent de récurrentes difficultés à mener les inclusions notamment pour trouver des créneaux avec les collègues. Le SNUipp-FSU a porté la demande que des rencontres de partage de pratique soient effectuées entre les collègues spécialisés. Nous souhaitons également que l’équipe de la circonscription ASH puisse intervenir aux côtés de l’équipe de circonscription de l’école, afin d’informer et de conseiller les équipes éducatives.

Dans l’attente de la parution des textes sur la création de l’ULIS école, et de la comptabilisation des effectifs de CLIS dans les classes ordinaires, nous avons demandé une prise en compte de la présence de CLIS dans les écoles lors des mesures de carte scolaire. Pour le DASEN, ce sera dans la mesure du possible.

ULIS Le SNUipp-FSU a porté le besoin de temps supplémentaire de coordination car les ULIS du département ont des effectifs qui augmentent. Le DASEN a estimé que les effectifs étaient tout à fait satisfaisants. Il estime également que l’inclusion des élèves d’ULIS en classes de 4ème et 3ème SEGPA doit rester à la marge et ne nécessite pas d’aménagements. Tous les élèves doivent pouvoir être inclus en classe ordinaire !

Bilan de la loi 2005 sur l’inclusion scolaire Pour le SNUipp-FSU, le bilan est mitigé. Sur le plan numérique, il est incontestable que les enseignants se sont engagés pour une école plus inclusive mais l’insuffisance des moyens d’accompagnement (AVS, plateaux techniques, formations...) plombent le processus. Les enseignants ont toujours inclus des élèves en situation de handicap et ont trouvé des adaptations pertinentes mais il faut bien que l’administration reconnaisse que selon les handicaps et l’éloignement des attendus des classes en terme d’attitude, de rythme de travail et d’activité intellectuelle, l’inclusion scolaire est plus ou moins réussie. Les difficultés sont parfois très grandes dans des classes avec des élèves atteints de troubles de la personnalité, troubles des comportements ou souffrant de déficits cognitifs qui en cycle 3 ou en collège entraînent des écarts importants par rapport aux activités d’apprentissage en cours dans les classes.

Le DASEN estime qu’il ne faut pas reculer par rapport aux objectifs de la loi visant à généraliser l’inclusion scolaire. Emettre des réserves c’est la remettre en question. IL faut avoir un regard bienveillant et de la volonté.

SEGPA Le SNUipp-FSU revendique que les classes de SEPGA organisées en divisions comme le collège, avec des effectifs maximum de 16 comme le précisent les textes. Nous ne pouvons accepter dans les classes spécialisées ce qui ne serait pas admis dans les classes ordinaires du collège : des classes de 6e-5e. Nous avons porté au DASEN l’inquiétude forte des collègues sur l’avenir des SEGPA, qui nous a confirmé 3 fermetures lors de la prochaine carte scolaire.

Etablissements spécialisés Le DASEN affirme s’être donné 3 ans pour faire un état des lieux des établissements spécialisés. Le SNUipp-FSU fait une nouvelle fois remarquer à l’administration que les heures supplémentaires dues aux enseignants ne sont pas versées dans le département. Nous avons également mentionné la non reconnaissance financière des coordonnateurs pédagogiques. Les enseignants spécialisés en établissements ne touchent ni indemnités, ni NBI, ni heures de coordination et de synthèse !

RASED Nous avons fait part de notre inquiétude concernant les réseaux d’aide : 1/3 des effectifs ont été supprimés dans le département ces dernières années. Depuis de nombreuses années il y a très peu de départs en formation et pour l’année 2015-16, il n’y a aucun départ en formation de prévus. Les postes de maître E à mi-temps entraînent des situations professionnelles de grande souffrance car les collègues ne peuvent pas répondre à toutes les demandes du terrain qui relèvent de leurs missions. Nous regrettons que face à une situation urgente à régler sur le secteur d’Orthez, le DASEN ne propose qu’une mesure en carte scolaire, qui ne sera effective qu’au mois de septembre ! Que se passera-t-il durant les 6 prochains mois ? Le secteur du Boucau est sorti de l’éducation prioritaire et son antenne RASED a été transférée à Anglet. Ce n’est pas le redéploiement des autres moyens RASED de la circonscription qui est la solution à la perte de moyens sur ce secteur. Il faut envisager des implantations de postes.

Départs en formation CAPASH L’administration prévoit 1 départ en option A et 1 en option B. La formation à Suresnes étant coûteuse, aucune autre formation n’est envisagée. Une fois de plus, les postes E et G ne seront pas alimentés, alors que les dispositifs ont besoin d’être renforcés et développés.

Le SNUipp-FSU s’inquiète de l’absence de départs en formations D et F, alors que des besoins sont bien présents. Nous ne pouvons approuver la promesse de suivi pas l’équipe de circonscription ASH pour les candidats libres. Pour le SNUipp, les formations spécialisées doivent être préservées.

 

37 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.