www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Carte scolaire   / CTSD/ CDEN 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 septembre 2018

CTSD ajustements carte scolaire du 5 septembre 2018

Ce matin s’est tenu le CTSD d’ajustement de la carte scolaire.

Le bilan est plus que décevant, puisque le DASEN ne disposait que d’une enveloppe de trois postes attribués par le recteur l’an dernier.

La FSU a par conséquent voté unanimement contre les mesures proposées, afin de marquer son désaccord avec la politique menée nationalement, bien en-deçà des enjeux de l’école d’aujourd’hui.

Déclaration de la FSU :

Word - 23.5 ko
DéclarationCTSDsept18

Liste des mesures adoptées :

PDF - 254.7 ko
Synthèse des mesures CTSD 5 septembre

Erratum : Il manque l’ouverture d’un poste à l’école maternelle des Lilas à Pau sur le document, ainsi que la fermeture confirmée du 1/2 français révisable sur Lagor. Le poste "1 maître 1 langue" en occitan y est transformé en "1 maître 2 langues".

Compte-rendu :

Contrairement aux prévisions annoncées par le Recteur, qui pariait sur un effectif stable des élèves du 1er degré sur le département (+ 10 annoncés), ou à celles DASEN, qui envisageait lui une baisse de 150 à 200 élèves environ, le nombre d’élèves scolarisés dans l’enseignement primaire du département serait finalement en augmentation de 484 en cette rentrée.

Pour accompagner cette hausse significative, la dotation de + 3 postes attribuée en février apparaît bien évidemment insuffisante et contraint le DASEN à ponctionner 13 remplaçants sur les 215 que compte le département pour assurer l’équilibre des ouvertures nécessaires.

Il est évident que le nombre déjà très important d’absences non remplacées l’an dernier sera amené à se maintenir cette année, voire à augmenter. Par ailleurs, le DASEN a indiqué que deux postes de PEMF et un poste de RASED seront également réorientés pour pallier le manque de moyens alloués au 1er degré.

Le SNUipp-FSU 64 ne peut que réaffirmer sa position énoncée en février : il manque plus de 50 postes dans le département des Pyrénées Atlantiques, ne serait-ce que pour répondre à la hausse démographique enregistrée en cette rentrée, permettre une baisse générale des effectifs par classe (aucune classe à plus de 25) et assurer la pérennité, sinon le développement des structures dédiées aux élèves les plus fragiles (RASED, ULIS école…)

Pour couvrir les besoins nouveaux qui sont « apparus » durant l’été, la DSDEN 64 a procédé à plus d’une trentaine d’INEATS, ainsi qu’au recrutement de 2 contractuels en langue basque et de 2 contractuels en langue occitane.

Cependant, le DASEN indique que les opérations d’INEATS/EXEATS ne sont pas toujours aisées à réaliser, la plupart des départements étant eux-mêmes en sous-effectif du fait des 2 500 postes non pourvus sur l’ensemble du territoire national.

Le SNUipp-FSU 64 réclame que le recours à la Liste Complémentaire soit également envisagé pour abonder les ressources humaines de notre département si les INEATS se révélaient insuffisants. Concernant les mesures de carte scolaire opérées cette année, le DASEN refuse d’envisager de nouvelles ouvertures à moins de 28 élèves par classe. Les seuils annoncés pour les mesures conditionnelles prononcées en février sont respectés : sur les 31 mesures provisoires envisagées, 25 d’entre elles donnent lieu au final à des réouvertures ou des annulations de fermeture.

En ce qui concerne Mazères-Lezons, le DASEN s’appuie sur la situation socio-économique favorisée de l’école pour refuser d’évoquer une éventuelle ouverture, en dépit du projet de classe externalisée avec l’IME du Château qui porte l’équipe pédagogique depuis deux ans.

Au niveau des décisions prises sur la commune d’Oloron, le DASEN entend opérer une fermeture sur l’école Prévert et invite les collègues de Prévert et de Labarraque à repenser leurs organisations.

Concernant les nombreuses écoles ayant une ULIS et qui doivent opérer des inclusions dans des effectifs à 26 et davantage, le DASEN n’est pas en mesure de mobiliser de moyens supplémentaires. Ce manque de moyen plonge un grand nombre d’équipes pédagogiques dans la difficulté (Idron, Billere Lalanne, Pau Sarrailh, Bordes…) et compromet les chances d’opérer des inclusions de qualité.

Les maternelles font également les frais de l’insuffisance de la dotation départementale. De nombreuses écoles enregistrent également des effectifs importants, au-delà de 28 élèves de moyenne : Monein, Montardon, Lons Lartigue…

Enfin, concernant les écoles rurales, le DASEN oppose systématiquement aux situations évoquées la nécessité de rationaliser les organisations par la constitution de nouveaux RPI. A ce titre, il a tenu à évoquer la signature d’une nouvelle Convention Ruralité de 3 années, signée le 20 juillet 2018. Les RPI constitués cette année bénéficieront ainsi de la protection de cet engagement contracté entre l’Education Nationale et les Collectivités locales jusqu’à juin 2021.

 

21 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.