www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : Dossiers  / ASH, RASED... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
9 octobre 2018

Compte-rendu de la réunion syndicale ASH

Pour rencontrer les personnels exerçant dans les différents champs de l’ASH et définir les priorités de son action pour l’année à venir, le SNUipp-FSU 64 a organisé une Réunion syndicale à Orthez, le mercredi 3 octobre.

Compte-rendu :

Cette réunion a été l’occasion pour les collègues présents d’évoquer un certain nombre de points, qui seront relayés auprès de l’administration de la DSDEN 64 lors des prochaines CAPD et lors de l’entrevue avec le DASEN que le SNUipp-FSU 64 entend solliciter avant la fin de l’année 2018 :

- la mise en place du CAPPEI dans le département et ses conséquences sur le mouvement

- le fonctionnement des ULIS école à la rentrée 2018

- l’engorgement de certaines structures et établissements spécialisés, qui grippe les orientations et met à mal l’ensemble de l’institution scolaire

- l’accompagnement des élèves dits « perturbateurs »

- la question des frais de déplacement pour les personnels des Réseaux d’aide et la taille des secteurs d’intervention

Mise en place du CAPPEI

Lors des discussions préalables à son instauration, le SNUipp s’était opposé à la mise en place du CAPPEI.

Après une seule année de mise en œuvre, il est déjà temps d’en mesurer les effets délétères.

Non content de permettre une formation amoindrie, le CAPPEI favorise l’indistinction des anciennes options (D, E, F, G…)

au profit de personnels spécialisés « généralistes » qui auront pour mission d’accompagner l’inclusion de tous les élèves dans les classes.

Un premier bilan s’impose :

- réduction du volume de formation dispensée aux maîtres-ses spécialisé-es stagiaires.

Aux 300 heures de formation initiale devaient s’ajouter 100 heures de formation MIN à destination des lauréat-es du CAPPEI :

ce ne sera pas pour cette année dans le 64, puisqu’aucune date ni aucun appel à candidature n’a été annoncé par la DSDEN 64 pour l’année scolaire 2018/2019.

- accroissement du nombre de personnels non formés affectés sur des postes spécialisés.

L’ensemble des postes spécialisés (SEGPA, ULIS, Établissements, RASED) sont désormais ouverts à tous les personnels (titrés ou non titrés).

Pourtant, la DSDEN 64 n’a pas jugé bon d’accroître le nombre de départs en formation pour compenser les départs en retraite

et accompagner l’entrée en fonction de nouveaux collègues sur les postes ASH.

Sans surprise, plusieurs dizaines de personnels se trouvent ainsi placés sur des postes spécialisés (ULIS, SEGPA, RASED, établissements…)

sans la moindre formation et sans qu’un accompagnement clair ne soit pour l’heure mis en œuvre par les équipes des circonscriptions ASH.

En tant qu’enseignant-es titré-es, nous nous devons d’accueillir au mieux ces nouveaux collègues qui font le choix de découvrir

de nouvelles fonctions au sein de l’enseignement spécialisé.

Cependant, nous ne devons pas nous substituer à l’administration dans la mission de formation de ses personnels.

Se former nécessite un parcours de formation et ce ne sont pas quelques séances d’observation et de lecture d’ouvrages qui peuvent en tenir lieu.

Il est indispensable que les circonscriptions ASH mettent en œuvre un accompagnement de qualité pour ces personnels

et définissent d’abord clairement leurs missions pour l’année scolaire en cours, notamment au niveau des RASED.

- menace sur la pérennité des RASED.

L’afflux de personnels non formés ou formés dans d’autres options au sein des réseaux d’aide

ne peut que conduire à une dilution des contours des missions des maîtres-ses E et G, prélude à une réorganisation menée à mots couverts.

ULIS école

L’an dernier, le SNUipp-FSU 64 est intervenu à plusieurs reprises pour que cesse l’aberration consistant à pourvoir les ULIS école

de personnels AESH n’exerçant même pas sur la totalité du temps scolaire (21 heures le plus souvent, quand la semaine scolaire s’étale, elle, sur 24 heures).

Le DASEN s’était engagé l’an dernier à octroyer a minima 25 heures hebdomadaires à tout-es les AESH-co d’ULIS école.

Les services gestionnaires contactés nous ont confirmé la mise en œuvre de cette décision à la rentrée 2018.

Contacter la section du SNUipp-FSU 64 si vous avez connaissance de contrat d’AESH –co inférieur à 60 % d’un temps plein.

Engorgement des structures spécialisées

De nombreux collègues présents ont souhaité évoquer la multiplication du nombre d’élèves en attente d’une orientation dans un établissement ou une structure en dépit d’une notification qui date parfois de plusieurs années. Il y a là une véritable situation d’engorgement qui contribue à bloquer les places en ULIS, en SESSAD…

Des élèves restent dans les classes alors que les places en ULIS ou en établissement sont occupées par d’autres élèves en attente d’une place dans une autre structure ou un autre dispositif.

Le SNUipp-FSU 64 va contacter la MDPH 64 pour faire le point sur l’importance des listes d’attente dans les différentes structures du département, et demander l’ouverture de structures nouvelles dans les Pyrénées Atlantiques (ULIS collège, SESSAD, IME, ITEP…).

Dans le même temps, nous devons réclamer la mise en place d’une refonte plus globale du système médico-social, envisagée en concertation avec la MPDH, l’ARS… et la DSDEN pour mettre fin au blocage de certaines orientations.

Accompagnement des élèves hautement perturbateurs

La situation de certaines classes et d’école est préoccupante car des élèves mettent à mal le fonctionnement de l’école et l’enseignement qui y est dispensé.

Les temps de scolarisation sont trop importants pour certains enfants (fatigabilité importante, agressivité, comportements mobilisant l’ensemble des adultes,

insécurité pour les autres élèves...). Le handicap psychique et les troubles de comportements importants laissent les équipes très démunies.

L’école n’a pas de recours.

La présence de personnels en nombre suffisant et bien formés est nécessaire pour répondre aux problématiques posées par ce type de situation.

Frais de déplacement RASED

Le fonctionnement en vigueur dans le 64 (enveloppe attribuée à l’IEN et répartie par celui-ci/celle-ci dans l’opacité la plus totale) n’est absolument pas conforme aux textes en vigueur (décret 2006 et circulaire 2016, qui tient compte de plusieurs jurisprudences favorables aux personnels requérants).

L’indemnisation des frais ne peut aucunement être plafonnée par une quelconque enveloppe limitée.

Les textes en la matière sont clairs : chaque déplacement professionnel doit être indemnisé.

Il convient dès à présent de refuser d’utiliser l’application DT CHORUS et d’adresser des recours à vos IEN respectifs exigeant le paiement effectif des déplacements effectués.

Modèle de recours :

Word - 116.5 ko
Recours frais de déplacement

Pour mieux appréhender la situation réelle des différentes antennes RASED du département (étendue des secteurs d’intervention, nombres d’élèves, financement de l’antenne, indemnisation des frais de déplacement…), les délégué-es du SNUipp-FSU 64 ont mené l’an dernier une enquête auprès des personnels RASED.

La carte proposée ci-dessous est une synthèse des réponses reçues.

PDF - 810.8 ko
Implantation antennes RASED

Aidez-nous à la corriger et la compléter en nous faisant part de vos remarques sur le fonctionnement effectif du RASED de votre propre secteur.

 

6 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.