www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Postes fléchés Langues Vivantes 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
6 avril 2004

Postes fléchés LV : ce qu’en dit le SNUipp

La précipitation de l’Administration au CTPD du 9 février 2004, le manque de préparation et de transparence, la quasi-absence de concertation des écoles et collègues concernés, la perte des moyens attribués aux écoles (enseignants de secondaire, intervenants extérieurs…) ont conduit tous les délégués des personnels à refuser toute décision de l’Administration à ce stade des opérations de carte scolaire.

Enseignement des langues : où en est-on ?

L’enseignement de langues vivantes à l’école primaire a été intégré dans les nouveaux programmes. C’est le cycle 3 qui est concerné par un apprentissage systématique. Dans notre département, la situation des écoles reste très inégale tant au niveau des personnels assurant cet enseignement (PE habilités, enseignants du second degré, contractuels…)qu ’au niveau des modalités d’organisation et du temps d’apprentissage dont bénéficient les élèves. Les textes en vigueur prévoient la possibilité d’échanges de service. Déjà, des écoles ont mis en place ce type d’organisation, dans d’autres les maîtres habilités n’interviennent que dans leur classe. C’est à la fois le choix de l’ équipe et de chaque enseignant qui est et doit rester la règle.

Projet de « postes fléchés » de l’Inspecteur d’Académie : de quoi s’agit-il ?

Un poste « langue » serait implanté dans l’école en lieu et place d’un poste existant à la faveur d’un départ à la retraite ou de la présence d’un maître habilité. Le choix de langue serait proposé par l’administration. La nomination à titre définitif sur ces postes ne serait possible que pour des maîtres habilités.

Quelles conséquences, quels risques pour les écoles et les personnels ?

- une perte de moyens pour les écoles : le fléchage de postes se fait dans presque tous les cas à nombre de postes constant dans les écoles (exception faite de 4 demi postes d’itinérance en milieu rural). Les écoles qui bénéficiaient d’un intervenant extérieur (enseignant du second degré, contractuel…) et qui feraient l’objet d’un fléchage perdront à coup sûr, tout ou partie des possibilités de financement « d’intervenants extérieurs ».
- une obligation de décloisonnement : Les premières modalités prévues par l’IA prévoient que le maître habilité, titulaire d’une classe, devra assurer 2 séquences de 45 minutes dans sa classe et deux séquences de 45 minutes dans deux autres classes de cycle III de l’école (et donc que les autres collègues de cycle 3 devront prendre en charge ses élèves à ces moments-là).
- une restriction de la liberté de répartition des classes par l’équipe pédagogique : obligation ou pas d’implantation du poste « fléché » sur une des classes du cycle 3 ?
- une déstabilisation des équipes d’écoles : que se passerait-il en cas de poste non pourvu par un collègue habilité (affectations à titre provisoire d’année en année..) ?
- une limitation des possibilités de mouvement pour l’ensemble des « polyvalents » non habilités.
- des incidences fortes sur la sectorisation des écoles : écoles à profil « allemand », « espagnol »… Comment évoluera la scolarisation des élèves d’un même secteur dans les différentes écoles ? Quelles garanties réelles de poursuite au collège pour l’espagnol et l’allemand dans un contexte de suppressions de ces langues en LV1 ?

Pour le SNUipp :

L’enseignement des langues doit être assuré par des enseignants supplémentaires formés. Des postes spécifiquement créés pour les langues, (itinérants par exemple) sont plus appropriés, mettant toutes les écoles à égalité (ce qui ne sera pas le cas avec les fléchages de postes). Nous exigeons des garanties sur :
- le volontariat des écoles et des personnels, ce qui suppose que les conseils de maîtres soient systématiquement consultés avant toute décision administrative.
- La liberté d’organisation pédagogique des écoles, décidée par le conseil des maîtres
- La transparence et l’équité des règles du Mouvement départemental
- Les conditions de formation et d’habilitation des enseignants
- La non mise en concurrence des écoles selon les langues proposées
- Aucune possibilité d’INEAT prioritaire sous couvert d’habilitation

Nous voulons des garanties sur le respect du volontariat des équipes et des personnels concernés, la consultation préalable des conseils des maîtres, des garanties sur les règles du mouvement, et sur la transparence des opérations de carte scolaire ! Nous voulons des moyens supplémentaires, des postes d’enseignants en plus pour l’enseignement des langues vivantes !

 

9 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.