www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : La vie du SNUipp-FSU 64  / Les Kisaitous  / Les Kisaitou 2020-2021 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
4 septembre 2020

CARTE SCOLAIRE DE RENTREE : compte rendu des CTSD et CDEN du 4 sept

Il y a les déclarations et il y a les faits.

On nous annonce depuis 2017 une priorité donnée à l’école et des recrutements en hausse constante : nous avons dans le département des fermetures de postes de PMQC et RASED, et un déficit d’enseignant-es qi ne permet même pas de couvrir les postes existants.

On nous annonce des efforts pour limiter les effectifs dans les classes de GS, CP et CE1, et nous avons plus de 50 écoles avec des moyennes supérieures à 25, et même plusieurs classes, notamment de maternelle et de cycle 2, qui dépassent les 30 élèves.

On nous annonce une hausse constante du P/E (nombre de poste d’enseignant-e pour 100 élèves) mais on cesse de prendre en compte les TPS dans les effectifs (plus de 700 élèves) et on ne tient pas compte des postes qui existent mais qui resteront tout au long de l’année non pourvus. C’est donc encore et toujours la faiblesse des moyens mobilisables sur le terrain, bien différente de ce qui est mis en avant dans la communication présidentielle et ministérielle, qui détériorent les conditions d’enseignement et d’apprentissages.

CTSD et CDEN de rentrée, ou la suite de la gestion de la pénurie...

M. le DASEN précise en préambule que le nombre d’élèves est en baisse (prévisions autour de –545, constats rapides de rentrée aux alentours de -614, on s’orienterait vers les -700 selon lui) et que le P/E reste quant à lui en hausse. Pour rappel le SNUipp-FSU 64 conteste cette approche démographique qui ne prend pas en compte les TPS (747 selon nos comptages), y compris sur des territoires qui étaient jusqu’à présent jugés prioritaires (zones de revitalisation rurales).

Selon le DASEN, les forts effectifs constatés par endroit ne sont pas dus à un manque de moyen mais à la répartition déséquilibrée des élèves dans les différents territoires du département ! Notre département, avec quelques zones denses et un secteur rural dispersé a en effet le tort d’être peu compatible avec une gestion purement comptable des moyens.

Des mesures d’ajustement sont proposées sur une poignée d’école. Comme annoncé par le DASEN il s’agit d’une majorité d’ouvertures (8) liées à des évolutions ou confirmations d’effectifs durant l’été, ainsi que d’un nombre limité de fermetures qui auraient « été travaillées avec les écoles ». Il restait un poste non attribué.

Notons que ce CTSD/CDEN de rentrée a le mérite d’être une véritable phase d’ajustement, les écoles et les collègues du département n’ont plus à subir, comme par le passé, les 50 mesures de septembre dues à un usage abusif de mesures conditionnelles ou révisables. [Ce progrès côté "gestion de la dotation" est malheureusement balayé par une mauvaise gestion des (non)ressources humaines, qui a placé de très nombreuses équipes dans l’inconnu jusqu’au dernier moment -cf la fin de ce compte rendu. Gestion des ressources humaines dont ont été exclus les syndicats, rappelons-le...]

Les documents de travail mentionnaient plusieurs situations identifiées par l’administration comme problématiques : Anglet Larrebat élémentaire, Aubin (RPI Aubin / Bournos / Doumy), Aussevielle (RPI Aussevielle / Siros), Biarritz Ferry, Lahonce, Morlaas André SOURDAA, Navailles-Angos, Pau Hippodrome, Sault-de-Navailles, Urrugne Bourg… Selon le SNUipp-FSU 64, de nombreuses écoles qui ne figurent pas dans le document ont tout autant besoin d’un déploiement de moyens supplémentaires : Hasparren JVerdun, Ahetze, Arcangues, Mazères-Lezons, Uzos ….. Une nouvelle fois, une cinquantaine d’écoles avaient une moyenne bien supérieure à 25 élèves par classe.

Le SNUipp-FSU refuse que les ouvertures nécessaires pour ces ajustements de rentrée se fassent par le biais de fermetures dans d’autres écoles. Le poste restant est attribué par le DASEN à une école choisie parmi plusieurs situations de sureffectifs. Retrouvez ci-joint l’intégralité des mesures de rentrées.

PDF - 457 ko
CARTE SCOLAIRE 2020 ajustements de rentrée

Le département n’a pas reçu la dotation nécessaire à une école de qualité pour tous et partout, c’est un fait, et une fois de plus ce CTSD gère la pénurie. Au final rappelons que cette carte scolaire 2020 se solde par une dotation en postes négative pour le 64, la disparition de presque tous les PMQC, de 20% des RASED et par un nombre bien trop important d’écoles à effectifs chargés. C’est un très mauvais signe pour l’école, a fortiori en cette rentrée si particulière, dans un contexte de COVID et de grand besoin d’accompagnement des élèves. La FSU exprime donc un vote CONTRE les décisions de ce CTSD. (FO : vote contre – SE-UNSA : abstention).

Ressources humaines : 3 + 7 = 30 ...

Lors des questions diverses, et bien que le sujet ne soit pas directement de la compétence du CTSD, le SNUipp-FSU a interrogé le DASEN sur les mesures qui vont être prises pour nommer des personnels sur les postes vacants à cette rentrée (25 ETP environ en juin + les ouvertures de rentrée) et actuellement occupés par des remplaçants. Le DASEN répond que pour le moment, 3 inéats ont été accordés (car imposés par les textes), et qu’un recrutement de 7 contractuels est en cours. Le calcul est vite fait : 3 + 7 entrées de personnels pour une trentaine de besoins… Alors que le recours au recrutement par concours ou liste complémentaire est possible, que notre département est l’un des plus demandé de France (plusieurs centaines de demandes d’INEATs en cours), il est inadmissible d’avoir recours aux contractuels qui constituent une main d’œuvre non formée et surtout exploitable à merci. A ce jour, alors que la situation du remplacement était déjà tendue avant la crise sanitaire, qu’on promet des journées de décharges et de formation aux directrices/directeurs, il n’y a aucune solution pour débloquer les remplaçant·es mobilisé·es de leurs postes. Les écoles et les collègues apprécieront… ... ou pas.

Coup d’arrêt sur l’immersif

Le SNUipp-FSU 64 a condamné la décision de la rectrice concernant la non-ouverture d’une section immersive basque à St Pierre d’Irube. Le DASEN maintient son refus et se retranche derrière son statut de fonctionnaire, qui attend les ordres du Ministère.

 

68 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.