www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : La vie du SNUipp-FSU 64  / Les Kisaitous  / Les Kisaitou 2020-2021 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
6 juin 2021

CHSCT Départemental du 3 Juin 2021

Ce jeudi 3 juin s’est (enfin !) tenu le 2ème CHSCT-D de l’année.

Vous trouverez ci-dessous notre compte-rendu des principaux points d’un ordre du jour très chargé (DUERP ; plan de prévention départemental, enfants perturbateurs, fiches SST, formateurs, directions d’école ; rupture conventionnelle…) :

DUERP :

Le Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels (DUERP) permet, comme son nom l’indique, de faire un inventaire des risques pour la santé et la sécurité des personnels, comme le recensement des risques de maladies (par exemple liées à la crise sanitaire) et accidents professionnels, risques liés à des dysfonctionnements techniques ; risques liés à des situations de stress... (toutes les infos ici).

Très peu d’écoles l’ont rempli ou mis à jour pour le moment, ce qui est un frein à la mise en place d’un plan de prévention des risques signalés. Ce faible taux de remontée s’explique par l’absence de formation et d’accompagnement par l’administration des directeurs et des directrices, des assistant.e.s de prévention et des IEN qui ont pour mission de les aider dans cette tâche.

Le DUERP peut être rempli sous forme papier, ou sous forme numérique. Mais l’exploitation du logiciel n’a toujours pas été mise à jour dans certaines circonscriptions du 64.

L’administration répond qu’elle attend que la nouvelle assistante et la nouvelle conseillère de prévention de la DSDEN puissent être formées sur ce sujet (cela devrait être effectif le 24 juin).

Un point sur ce sujet sera également fait en conseil d’IEN au mois de septembre.

La FSU a demandé que les assistant.e.s de prévention soient formé.e.s et que les directeurs et directrices soient informé.e.s et aidé.e.s.

L’administration répond que les directeurs et directrices pourront avoir un module sur le DUERP dans leur formation, et que les besoins de formation des assistant.e.s de prévention pourraient être pris en compte. La FSU a demandé un calendrier de ces formations.

Plan de prévention départemental :

Le plan de prévention départemental fixe la liste des réalisations ou actions à entreprendre au cours de l’année pour prévenir les risques professionnels et améliorer les conditions de travail des personnels. Il doit être renouvelé tous les ans.

Cela fait malheureusement plusieurs années que les représentant.e.s du personnel au CHSCT-D demandent la mise en place d’un tel projet (voir avis site DSDEN).

Au vu du nombre croissant de fiches SST qui sont transmises sur les risques liés au COVID, aux enfants perturbateurs, au manque de remplaçant.e.s, à la charge de travail, notamment des directeurs et directrices, la FSU a renouvelé cette demande pour l’année 2021-2022.

L’administration s’est engagée à tenir des groupes de travail sur ces thématiques dès le mois de septembre prochain. La FSU s’attachera à ce que l’administration propose un plan de prévention pour l’année à l’issue de ces temps de travail.

Enfants perturbateurs :

C’est une thématique de plus en plus souvent évoquée dans les fiches SST. Cette année, de nombreux et nombreuses collègues se sont retrouvé.e.s dans des situations de détresse liées à la gestion d’enfants perturbateurs dans une classe ou une école.

Face à constat, l’administration annonce la transformation d’un pôle RASED en pôle ressources afin de mettre en place une coordination des actions avec les partenaires extérieurs.

Par ailleurs, deux postes spécialisés ont été créés en carte scolaire. Cependant, la FSU s’interroge sur le fait que lors de l’entretien de recrutement sur ces postes, aucune question en lien avec le protocole enfant perturbateur n’a été posée.

Une circulaire détaillant la procédure relative aux pôles ressources sera envoyée à tous les directeurs et directrices. Le DASEN a signalé que des messages de remerciement des personnels lui parviennent quand l’administration leur envoie un courrier de soutien suite à un fait établissement. La FSU a demandé que la même chose soit faite lors de la réception d’une fiche SST, et a fait remarquer qu’un message de soutien ne remplace pas une vraie solution.

Cette année, la DSDEN a recensé « 3 ou 4 situations compliquées, qui ont nécessité l’intervention de différents partenaires de l’école ». Elle s’est félicitée de la « professionnalisation » des acteurs du terrain, puisque bien souvent, « tout a déjà été fait ». Pour la FSU, c’est l’occasion de souligner qu’il faut d’autres solutions : quand « tout a déjà été fait » et que des fiches SST continuent d’arriver, c’est bien du problème de l’augmentation du nombre de places en établissement spécialisé dont il s’agit. Nous ne pouvons pas nous satisfaire de la « solution » qui consiste à isoler l’élève dans un autre pièce en guise d’« inclusion ». Le DASEN en convient, et annonce que c’est un sujet qui va être évoqué au niveau académique au moins de juin.

Des actions d’accompagnement et de formation vont être proposées, comme les représentant.e.s du personnel l’ont demandé depuis des années. L’information sera diffusée à tous les personnels en début d’année. Nous vous invitons à être vigilant.e pour bien repérer ces informations et, à ne pas hésiter à saisir les aides proposées sans attendre…

La FSU salue les avancées de la réflexion sur le dossier des enfants perturbateurs, et demande la tenue d’un nouveau Groupe de Travail sur le sujet, afin de poursuivre le travail engagé sur ce dossier. Le DASEN consent à en programmer un à la rentrée 2021.

La FSU renouvelle par ailleurs sa demande d’une action de formation spécifique « gestion des enfants perturbateurs », et que la formation autisme soient ouverte à tous, et non uniquement à un public désigné.

Fiches SST :

Les représentant.e.s du personnel vont remarquer que certain.e.s collègues n’ont pas reçu de réponse à leur fiche SST. L’administration répond que toutes les fiches ont eu une réponse. Nous invitons les collègues qui ne l’ont pas eue à le faire savoir à leur IEN avec copie au SNUipp-FSU.

Une information claire sur le circuit d’une fiche SST va être envoyée à tous les personnels.

La FSU a par ailleurs demandé que, lors de la réception d’une fiche qui fait état de violences, une priorité soit donnée à son traitement, avec une réponse immédiate et la proposition d’un accompagnement par la médecine de prévention. L’administration rappelle que, lors d’évènements violents dans une classe, il faut immédiatement en informer l’IEN.

Il est à noter que les cellules de crise se sont réunies suite aux alertes répétées du SNUipp-FSU.

Rappel : il est important lors de la rédaction de fiches SST de parler de sa souffrance personnelle. Une description des faits ne suffit pas. Les conséquences sur la santé et la sécurité des agents doit apparaitre.

Formateurs et formatrices :

Le SNUipp-FSU a alerté sur la charge de travail des formateurs et formatrices, et demande un GT sur le contenu de leurs missions. Le DASEN a dit qu’il n’en voyait pas l’intérêt, mais qu’il y réfléchirait. Le SNUipp reviendra bien sûr sur ce sujet en CHSCT, mais aussi en CDF.

Direction d’école :

Des GT sont en cours et se poursuivront l’an prochain. Le DASEN ne veut pas faire de calendrier annuel des GT direction. COVID : sur le département, au 28 mai, 55 classes fermées (1er et 2nd degré confondu), ce sont des chiffres qui fluctuent beaucoup, mais on constate quand même une certaine recrudescence. > Vigilance envers les jeunes. A noter que les contaminations causes de ces fermetures se sont faites en dehors du milieu scolaire.

Rupture conventionnelle :

Il y a un changement cette année : c’est une commission académique qui va gérer la validation ou non des ruptures conventionnelles de l’ensemble des départements de l’Académie, commission à laquelle aucun représentant.e des personnels ne participera. Nous ne connaissons pas les critères selon lesquels les ruptures conventionnelles seront acceptées ou non.

Le DASEN ne sait pas nous dire combien il y a eu de demandes sur le 64, ni donner de date pour les réponses...

L’administration considère que rupture conventionnelle n’est pas forcément signe de souffrance au travail.

 

31 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.