www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : CAPD  / CAPD 2006 - 2007 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
30 juin 2007

CAPD du 28 juin 2007 : déclaration du SNUipp-FSU 64

pau, le 28 juin 2007
Le nouveau président a énoncé dans le cours de la campagne les grands axes de sa politique ; il affiche à présent sa volonté de les mettre en œuvre sans attendre. Le non-remplacementt d’un fonctionnaire sur deux, la remise en cause du droit de grève dans les services publics, l’autonomie et la concurrence dans l’enseignement supérieur et dans l’ensemble de l’éducation, la réduction des moyens des services publics, l’individualisation des salaires, le mérite individuel pour tous, s’opposent aux valeurs de solidarité du Service Public. Cette politique, d’inspiration à la fois libérale et autoritaire, va à l’encontre des valeurs et des propositions que nous portons.

SNUipp-FSU

Déclaration à la CAPD du 28 juin 2007

Le nouveau président a énoncé dans le cours de la campagne les grands axes de sa politique ; il affiche à présent sa volonté de les mettre en œuvre sans attendre. Le non-remplacementt d’un fonctionnaire sur deux, la remise en cause du droit de grève dans les services publics, l’autonomie et la concurrence dans l’enseignement supérieur et dans l’ensemble de l’éducation, la réduction des moyens des services publics, l’individualisation des salaires, le mérite individuel pour tous, s’opposent aux valeurs de solidarité du Service Public. Cette politique, d’inspiration à la fois libérale et autoritaire, va à l’encontre des valeurs et des propositions que nous portons.

Sur le terrain de l’éducation, avec la loi Fillon et les régressions budgétaires massives, tous les outils sont déjà en place pour affaiblir durablement et modifier le Service Public d’Education, sur fond de libre choix, d’autonomie des établissements, de mise en concurrence et d’indicateurs de performance dans une conception très libérale de l’éducation. Les reculs annoncés sur l’apprentissage junior, le décret de 50 sur les obligations de service des enseignants du second degré masquent mal le maintien des dispositions les plus contestées de la loi Fillon (socle commun, PPRE...). Malgré la très vive et large opposition sur l’expérimentation des EPEP, le Ministre s’obstine dans sa volonté de mettre en place à marche forcée ce dispositif. Le dossier de la direction et du fonctionnement des écoles n’est pas réglé. Après l’annonce du renouvellement des contrats aidés dans l’Education Nationale, nous réaffirmons notre refus du développement de la précarité dans les écoles et demandons la définition d’emplois statutaires avec un plan de recrutement dans les écoles pour répondre aux besoins de nouveaux métiers pour un meilleur fonctionnement de l’école et l’accompagnement des enfants handicapés scolarisés en milieu ordinaire.

Le non -remplacement d’un fonctionnaire sur deux est confirmé avec à la clé le développement de la précarité et de la concurrence entre les personnels et une réduction importante du champ et de l’efficacité des services publics. Ces régressions budgétaires sans précédent mettent vivement à mal le Service Public d’Education (réduction drastique de la scolarisation des deux-trois ans déjà en cours, augmentation significative des effectifs par classe, remplacement...). Aucune négociation salariale n’est pour l’instant envisagée.

Malgré quelques avancées, le passage en force se confirme dans la réforme des universités sans qu’aucun collectif budgétaire ne soit annoncé pour la rentrée. A l’évidence, des universités à 2 vitesses se profilent.

Contrairement aux effets d’annonce, la suppression programmée de la carte scolaire, avec un assouplissement dès la rentrée prochaine malgré l’opposition de la quasi-totalité de la communauté éducative ne conduira qu’à un tri renforcé des élèves sur la base de leur « mérite scolaire » au lieu du « libre choix des familles » qu’on fait miroiter. Ce n’est pas la mixité sociale qui est visée, mais l’élargissement social des élites. Cette mesure ne peut que renforcer les phénomènes en cours de ségrégations scolaires et de ghettoïsation. Il faut au contraire s’attaquer aux inégalités territoriales et viser la réussite scolaire de tous les jeunes dans tous les établissements.

Pour une politique scolaire ambitieuse qui assure la réussite de tous, le SNUipp-FSU continuera de revendiquer des créations de postes pour le Service Public d’Education, une revalorisation salariale pour tous, une amélioration de la formation et une prise en compte des tâches nouvelles et du nécessaire travail en équipe dans le temps de travail ce qui est contradictoire avec la logique du « travailler plus pour gagner plus ».

 

9 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.