www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : CAPD  / CAPD 2007 - 2008 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 novembre 2007

CAPD du 16 novembre 2007 : déclarations syndicales préalables

Déclaration du SNUipp-FSU 64

CAPD 16/11/2007

NON A Base Elèves

Sans aucune concertation avec les syndicats et les associations de parents d’élèves, le ministère de l’Education Nationale a décidé la mise en place du fichier Base Elèves.

La forte mobilisation des écoles et des citoyens a amené le ministre à déclarer le 3 octobre que les champs concernant la nationalité, la date d’entrée sur le territoire et la langue parlée à la maison seraient retirés de la base de données. A ce jour, aucune confirmation écrite.

Le 17 septembre 2007, l’Inspecteur d’académie du Haut-Rhin intimait l’ordre aux directeurs d’école de communiquer par retour de mail la liste des enfants de parents sans papiers. Faut-il y voir là un avant-goût de l’utilisation d’une base de données nationale conçue pour être partagée avec d’autres administrations, comme celle du ministère de l’Intérieur par exemple ?

D’autre part, la rubrique « besoins éducatifs particuliers » pose le problème du contournement de la règle de confidentialité. La CNIL en 2005 a clairement affirmé que l’identité des enfants aidés par le RASED ne devait être connue que du directeur d’école, des enseignants de l’école, des parents de l’enfant et des personnels RASED. Le SNUipp-FSU s’oppose à l’idée de « traçabilité » du sujet. Celui-ci ne doit pas être surdéterminé par son parcours scolaire, dont on sait bien que la linéarité n’est pas obligatoirement un gage de réussite sociale et personnelle. La restriction des libertés privées est contraire aux principes républicains et le fichage des enfants ou des familles rencontre notre plus vive opposition.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, la mise en place de Base Elèves se fait à marche forcée alors que l’entrée dans le dispositif repose sur le volontariat. Le volume de formation continue affecté à Base Elèves (12 stages de 12heures contre 1 stage de 12 heures pour les RASED sur l’aide aux enfants en difficulté) atteste, s’il en faut, des priorités de l’administration de ce département ! Celle-ci organise des réunions spécifiques à destination des directeurs (animations pédagogiques, stages), n’hésitant pas à recourir à des pressions.

Déjà, des enseignants, des conseils d’école, des parents, des élus, citoyens prennent position contre Base Elèves.

Hier, jeudi 15 novembre 2007, le conseil municipal de Pau a voté à l’unanimité contre ce dispositif de fichage.

Le SNUipp-FSU 64 dénonce vivement les mesures d’intimidation, les injonctions diverses pour rentrer dans Base Elèves et rappelle que facultatif ne veut pas dire obligatoire. Avec le collectif départemental NON A BASE ELEVES (SNUipp-FSU, SGEN-CFDT, CGT Education, FCPE, Ligue des Droits de l’Homme Bayonne et Pau, MRAP, RESF, Collectif anti-délation), il continuera à œuvrer contre la mise en place de cette base de données.


DECLARATION COMMUNE SE-UNSA, SNUIPP-FSU

CAPD du 16 novembre 2007

POUR UNE FORMATION CONTINUE AMBITIEUSE, INDISPENSABLE POUR TRAVAILLER A LA REUSSITE DE TOUS LES ELEVES !

La formation continue dans ce département aura tout vu ! … et les collègues rien eu ! Voilà plusieurs années déjà que la formation continue subit des baisses budgétaires drastiques. Les stages sont inadaptés aux besoins des collègues, les départs de plus en plus restreints et beaucoup de collègues sont toujours exclus (enseignants sur poste fractionné, enseignants spécialisés, titulaires remplaçants, temps partiels). Cette année ce sont les règles d’attribution des stages en vigueur dans le département qui sont remises en cause ! Ainsi, des stages affichés cycle 1 et 2 deviennent exclusivement réservés au cycle2. sans que les collègues en soient préalablement informés (ni les délégués du personnel). 12 enseignants sont ainsi écartés de fait du stage qu’ils obtenaient grâce à leur barème. D’autres se voient attribuer leur second vœu alors qu’ils obtenaient leur premier vœu par le barème… mais cela n’arrangeait pas les répartitions !

Les propositions faites par l’administration, quelle que soit la recherche « du moins de lésés possibles » effectuée par les services, sont inacceptables ! Face aux nécessités des différents terrains de stage des PE2, la solution clé en main qui nous a été proposée lors du groupe de travail et pour cette CAPD, ne peut nous convenir.

Nous ne cautionnerons pas des affectations de stage qui bafouent les règles du barème. Les délégués du personnel unanimes s’opposent à ces méthodes et les dénonceront auprès des collègues.

Aussi :

- nous ne communiquerons pas les résultats des affectations des stages aux collègues que nous renverrons directement vers vos services

- nous demandons qu’une concertation plus étroite ait lieu avec l’IUFM pour que l’an prochain cette situation ne se reproduise pas.

- Nous demandons une autre organisation dans le temps de la définition des terrains de stage filé afin d’équilibrer les cycles des lieux d’accueil et donc les possibilités de départ en stage en fonction des cycles des collègues.

- Nous souhaitons que les filtres qui bloquent les candidatures soient assouplis. Il est incompréhensible qu’un collègue, quel que soit son niveau d’enseignement, ne puisse postuler à tous les stages.

- Nous rappelons le droit des collègues à bénéficier de 36 semaines de formation continue dans leur carrière. Nous sommes bien loin du compte ! La réussite éducative de tous les élèves ne pourra se faire sans le respect d’une formation continue ambitieuse.

- Nous exigeons le respect du paritarisme et demandons qui a, dans ce département, la maîtrise de la formation continue ?

 

25 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.