www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : CAPD  / CAPD 2007 - 2008 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 décembre 2007

CAPD promotions : déclaration préalable du SNUipp-FSU 64

Pau, le 10 décembre 2007

Déclaration du SNUipp-FSU 64 CAPD du 10 décembre 2007

Dans l’éducation, avec les milliers de suppressions programmées, la réduction des postes aux concours de recrutement, ce sont bien évidemment le cœur des métiers, le noyau dur des enseignements, l’orientation et l’offre d’éducation qui sont en ligne de mire, tandis que se poursuivent les régressions concernant administratifs, Tos, personnels sociaux, de santé , etc.… et que se développe une politique dont les première mesures (carte scolaire, enseignements professionnels,…) sont particulièrement négatives pour une école de la réussite pour tous. D’ores et déjà, les annonces sur le bac pro en 3 ans ont suscité l’opposition unanime des organisations syndicales. Après la mise en cause du collège unique, les menaces se font de plus en plus vives sur les voies et l’offre de formation des lycées.

A l’école primaire les propositions du ministre se déclinent principalement en un traitement de la difficulté hors du temps scolaire collectif (suppression de 2 heures hebdo pour tous qui seraient remplacées par des heures d’aide individualisées pour certains ; des stages durant les vacances), en l’annonce d’une nouvelle refonte des programmes, et un nouveau dispositif d’évaluation des élèves et des enseignants. La dissociation inquiétante entre deux temps de l’école (temps des apprentissages fondamentaux et temps de l’accompagnement éducatif) risque de renvoyer la part éducative hors du champ scolaire proprement dit, l’absence de références aux RASED est inquiétante. Ces mesures ne sont pas de nature à permettre une lutte efficace contre l’échec lourd, en dépit des affirmations du ministre. La reprise de certaines propositions comme « plus de maîtres que de classes » ou comme « la réaffirmation de la maternelle » se heurte à la politique d’austérité budgétaire.

D’autre part, nous apprenons que le ministère a transmis des consignes orales aux IA pour que les opérations de gestion d’ouvertures et fermetures de postes dans les écoles n’aient pas lieu avant la fin des élections municipales du mois de mars 2008. On peut légitimement supposer que les limites du budget 2008 aboutissent à une carte scolaire particulièrement tendue juste avant les élections avec notamment de très nombreuses fermetures de classes. Il s’agit de la part du gouvernement de ne pas handicaper les listes des candidats proches de la majorité présidentielle. Le SNUipp-FSU 64 dénonce cette instrumentalisation à des fins politiques du service public qui se fera au détriment du fonctionnement des écoles et des droits des personnels. Nous exigeons que les procédures et les échéances ordinaires soient respectées en toute transparence.

Pour les personnels et leur pouvoir d’achat, le compte n’y est pas non plus. Le « travailler plus pour gagner plus » constitue un marché de dupes, traduit notamment par la multiplication des heures supplémentaires et il va à l’encontre du maintien du pouvoir d’achat assis sur la valeur du point d’indice ; il contribue à détruire l’emploi. Dans la Fonction Publique, la grève très réussie du 20 novembre a contraint le gouvernement à l’ouverture de négociations en décembre 2007 sur les rémunérations et il a dû concéder l’acceptation du principe de discussions sur la grille indiciaire, reconnaissant son écrasement, ainsi que du principe d’une négociation annuelle sur les salaires ; mais il n’envisage pas de mesure pour 2007 et reste ambigu sur le contenu du mécanisme de maintien du pouvoir d’achat qu’il propose et il ne répond pas sur les suppressions de postes, le développement de la précarité, la casse des statuts et la réduction du champ des services publics.

Le SNUipp-FSU tient à réaffirmer son opposition au système de promotions actuellement en vigueur pour les instituteurs et professeurs d’école. Il estime ce système archaïque et inégalitaire : Archaïque La note pédagogique intervient de façon prépondérante dans le barème des promotions. En l’état actuel des textes, nous nous prononçons clairement pour l’application d’un coefficient minimum : 0.25. Nous sommes favorables à l’évaluation des enseignants mais elle doit être principalement une évaluation à caractère formatif comme celle que l’on nous demande de pratiquer avec nos élèves. L’implication dans le travail d’équipe qui est une dimension de plus en plus importante depuis la mise en place des projets d’école est en contradiction avec l’individualisation des notes et des barèmes. Inégalitaire Malgré les efforts d’harmonisation départementale, l’examen annuel des promotions révèle d’importantes inégalités entre collègues. La valeur de la première note est fondamentale et conditionne fortement le déroulement de carrière. Le fonctionnement actuel génère des écarts financiers considérables sur l’ensemble de la carrière (plusieurs dizaines de milliers d’euros entre un passage au rythme le plus rapide et au rythme le plus lent).

Le SNUipp-FSU considère qu’un système de promotion au mérite aboutit à une mise en concurrence des personnels qui nuit au travail collectif et à la cohésion des équipes d’écoles. Il se prononce pour un autre système de promotions, déjà en vigueur dans certains corps de l’éducation nationale : l’avancement automatique de tous au rythme le plus rapide.

 

6 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.