www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : AVS, EVS 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 juin 2008

DERNIERE MINUTE intervenants musique : L’IA 64 repond au SNUipp-FSU 64

Vous trouverez en pièce jointe sous format pdf la réponse de l’IA 64 au courrier du SNUipp-FSU 64 en date du 15 juin (voir le courrier du SNUipp-FSU 64 ci dessous). Nous continuons à nous adresser à l’IA pour infléchir sa brutale décision. Pensez à informer le SNUipp-FSU de vos démarches

PDF - 115.3 ko
courrier IA à Yann Moreau

Monsieur l’inspecteur d’académie,

Dans le cadre d’une harmonisation départementale, votre prédecesseur Mr Eple avait en septembre 2007 adressé un courrier aux mairies qui mettaient des musiciens intervenants à disposition des écoles.

Il souhaitait rappeler la nécessité d’organiser un partenariat en référence aux textes en vigueur (circulaire n° 92-196 du 3 juillet 1992) qui : « nous imposent la définition d’une convention, l’obligation d’un recrutement de personnels qualifiés et agréés par l’Education Nationale, pour partager les démarches pédagogiques des enseignants » Il terminait sa lettre en demandant de mettre ce partenariat en conformité pour septembre 2008.

Puis le 25 janvier 2008 vous envoyez un deuxième courrier à quelques élus de la Côte Basque, précisant qu’à compter de la rentrée 2008 il n’y aurait pas lieu de mettre à disposition des écoles maternelles des musiciens intervenants à l’année : « l’éducation musicale à l’école maternelle doit exclusivement être assurée par les Professeurs des Ecoles, comme le rappelle les différentes circulaires ministérielles à ce sujet ». Nous vous rappelons à ce sujet que les instructions officielles n’excluent pas les interventions liées à des projets ponctuels.

Enfin le 22 mai 2008, par un troisième courrier adressé aux enseignants et directeurs d’école, vous rappelez les conditions générales de l’intervention de musiciens dans les écoles élémentaires et limitez à douze semaines par an et par classe la participation d’un musicien intervenant. Le rationnement en terme de nombre de séances au lieu d’heures d’intervention n’a d’ailleurs pas grand sens avec de nouveaux programmes qui raisonnent en horaires annualisé.

Votre décision prise unilatéralement, sans concertation avec la profession, prive les enseignants de personnes ressources pour la mise en œuvre de leurs projets futurs en éducation musicale, et met les musiciens intervenants, y compris ceux qui sont détenteurs d’un DUMI, qui sont pour nombre d’entre eux des travailleurs précaires, comme en connaît de plus en plus l’Education Nationale, dans une situation professionnelle plus que préoccupante. A terme cela entraînera des licenciements.

Or vous n’êtes pas sans ignorer l’importance des pratiques artistiques en milieu scolaire et en particulier de la musique, pour le développement de l’enfant et l’accès à la culture. Jusqu’à présent plusieurs communes ou communautés de communes mettaient à disposition des écoles des musiciens intervenants, certains issus des CMR, d’autres rattachés à la fonction publique territoriale, pour faire bénéficier les élèves de compétences complémentaires à celles du maître de la classe, pour la pratique d’activités musicales. Sans cette aide de nombreux collègues, qui n’ont pu bénéficier d’une formation initiale et d’une formation continue, dignes de ce nom, en particulier dans les disciplines artistiques, ne s’engageraient pas dans des projets musicaux.

A l’heure où dans le BO n° 19 de mai 2008 et au plus haut niveau de l’état, on réaffirme « l’éducation artistique et culturelle comme une mission prioritaire du ministère de l’éducation nationale et du ministère de la culture et de la communication » et « devant être développée dans un objectif de généralisation à tous les élèves et à l’ensemble des cycles de formation, dans le domaine des connaissances et de la pratique artistiques », nous vous demandons de reconsidérer vos décisions et de mettre en œuvre dans les plus brefs délais un groupe de réflexion, permettant la prise en compte de l’intérêt de tous.

Yann Moreau, secrétaire départemental du SNUipp-FSU 64

 

37 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.