www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques

Navigation

Vous êtes actuellement : ESPE et début de carrière 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 juillet 2008

Formation des maîtres : communiqués FSU, assises nationales de la formation des enseignants, dernières déclarations du gouvernement

FSU Communiqué de Presse / 2 juillet 2008

PRECIPITATION DANGEREUSE

UNE URGENCE : NEGOCIER

La FSU a pris connaissance du communiqué du Conseil des ministres relatif au recrutement et à la formation des enseignants.

La FSU revendique pour tous les enseignants et CPE, une élévation du niveau de qualification qui permette à la fois une amélioration de la formation et une revalorisation substantielle pour tous. C’est une condition pour la réussite de tous les jeunes. Mais elle ne saurait accepter que cette élévation se traduise par le sacrifice de leur formation professionnelle et du potentiel de formation, de recherche et d’expériences que constituent les IUFM désormais intégrés à l’Université : le communiqué du Conseil des ministres, où les termes de « formation professionnelle », de « recherche », et « IUFM » ne figurent même pas, ne peut que confirmer ces craintes et fait courir le risque d’une régression guidée par des considérations budgétaires et des a priori idéologiques.

En outre, la FSU met en garde contre la précipitation qui préside aux annonces : l’organisation de concours au niveau master en 2010 implique que les futurs candidats s’inscrivent en master dès la rentrée 2008sans aucune visibilité pour l’avenir. Or, le gouvernement ne tient pas compte de la situation actuelle : toutes les licences ne débouchent pas aujourd’hui sur des possbilités de poursuite en master ; les masters existant nécessitent des adaptations significatives notamment pour prendre en compte les spécificités des voies de recrutement (PE, PLP, PLC, CPE). En ne prévoyant ni aides ni pré recrutements, il va mettre de nombreux jeunes en difficulté pour la poursuite d’études. Il y a risque d’une hiérarchie entre masters, d’inadéquation aux nécessités de la formation professionnelle, d’inégalités au sein des Universités sur le territoire.

La FSU demande l’ouverture très rapide de négociations ; elle exige qu’aucune mesure ne soit prise dans la précipitation et que l’on prenne le temps nécessaire du débat pour construire – sereinement et en prenant en compte la spécificité des divers degrés d’enseignement et voies de formation– des systèmes de pré recrutement, des masters, et une relation master-concours permettant une véritable formation professionnelle et disciplinaire dans le cadre d’IUFM rénovés et de collaborations au sein des Universités et entre Universités. Le métier d’enseignant est un métier qui s’apprend, il importe de le traiter avec tout le sérieux et le débat nécessaires.

Communiqué des Assises Nationales de la Formation des Enseignants

Toulouse, 2 juillet 2008

Les Assises Nationales de la Formation des Enseignants qui se sont tenues le 2 juillet 2008 à Toulouse (IUFM Midi-Pyrénées) ont réuni plus de 150 personnes. Les participants, acteurs de la formation et de l’enseignement de plusieurs IUFM de France (Alsace, Aquitaine, Bretagne, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes, Versailles) et les organisations syndicales FSU (SNUIPP, SNES, SNESUP, SNASUB), SGEN-CFDT, UNSA, SUD, ont pris connaissance du communiqué transmis par le Conseil des Ministres à propos de la réforme du recrutement et de la formation des enseignants des premier et second degrés.

Le communiqué confirme toutes les craintes soulevées par la déclaration du Président de la République du 2 juin :

ce projet de réforme tourne le dos aux enjeux d’une formation professionnelle ambitieuse adossée à la recherche,

il n’est tenu compte d’aucune des propositions et revendications qui ont émergé des personnels des IUFM, des organisations syndicales et des instances des Universités et des IUFM depuis un mois,

il n’est fait aucune mention des IUFM, écoles internes intégrées aux universités

il n’est fait aucune mention des spécificités des formations des Professeurs des Ecoles, des lycées techniques, des lycées professionnels, des Conseillers Principaux d’Education, des Professeurs d’Education Physique et Sportive (filières pour lesquelles les masters n’existent pas systématiquement)

le concours étant fixé à l’issue du master, la sélection sociale des enseignants sera aggravée,

durant le master, la formation professionnelle sera réduite à la portion congrue, les stages n’étant pas obligatoires,

après le concours, l’enseignant stagiaire aura une classe en responsabilité à temps complet et une pseudo-formation en plus de son temps d’enseignement.

la titularisation sera faite sous la seule responsabilité d’un inspecteur en fin de première année et non d’un jury. Cette réforme a été conçue dans la précipitation et sans concertation à tel point que les étudiants doivent s’inscrire dès cet été dans des masters qui n’existent pas encore.

Les Assises de la Formation des Enseignants expriment leur profond désaccord. Elles demandent un moratoire d’un an pour concevoir et organiser, avec les différents acteurs de la formation, une véritable formation universitaire professionnelle

Texte voté à l’unanimité. Toulouse, le 2 juillet 2008

dépêche AFP du 02 juillet 2008

Recrutement des enseignants : Darcos et Pécresse présentent leur réforme

Les ministres de l’Education et de l’Enseignement supérieur Xavier Darcos et Valérie Pécresse ont présenté mercredi devant le Conseil des ministres leur projet de réforme du recrutement des enseignants des premier et second degrés, a rapporté le porte-parole du gouvernement.

Dévoilé il y a un mois par Nicolas Sarkozy, ce projet prévoit l’allongement de la formation des enseignants au niveau master (bac+5) à partir de 2010, a expliqué Luc Chatel en rendant compte des travaux du Conseil. Le texte réaffirme le "principe des concours nationaux" pour le recrutement des professeurs des écoles, collèges et lycées, ainsi que "la distinction entre le Capes et l’agrégation".

Les nouveaux concours qui entreront en vigueur à partir de 2010 comprendront "trois types d’épreuves destinées à évaluer la culture disciplinaire, la capacité à planifier et organiser un enseignement et la connaissance du système éducatif", a également indiqué M. Chatel. Selon la communication de M. Darcos et Mme Pécresse, les lauréats des futurs concours seront "dès leur première année d’exercice (...) mis en situation d’enseignement à temps plein avec l’aide et le soutien de professeurs expérimentés" et pourront être titularisés "à l’issue de cette première année" après une inspection.

Cette réforme s’accompagnera d’une "revalorisation substantielle du début de carrière" des nouveaux enseignants, a promis Luc Chatel.

 

33 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 64 66 rue Montpensier, 64 000 Pau Tel : 05 59 80 28 27 - Fax : 05 59 80 67 50 Email : snuipp64
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 64 - Pyrénées-Atlantiques, tous droits réservés.